Les dix albums r&b-soul qu’il fallait écouter en 2015

In Dossiers by Julien LVRF Comments

Avec cette grosse année de merde que fut 2015, heureusement que les artistes n’y ont pas foutu leur grain de sel. Une année à l’actu dégueulasse mais à la créativité musicale riche, comme on l’a vu pour la musique rap dans notre gros bilan récapitulatif. Place cette fois au r&b et à la soul, en faisant une petite escapade par le jazz, qui se rejoignent assez souvent, pour vous présenter dix des très bons projets du genre qui auront fait cette année. Mode smooth enclenché.

LEON BRIDGES – Coming Home

Le jeune texan remonte l’horloge à sa manière et nous gratifie d’un dix titres tout droit sorti d’un temps que les moins de soixante ans, et ceux qui ont une bonne mémoire, ne peuvent pas connaître. Tous les registres sont parfaitement maîtrisés, qu’il s’agisse de gospel, de soul plaintive ou de r&b dansant. Un disque entièrement enregistré en analogique et en condition live dans un hangar abandonné de Forth Worth, pour encore davantage restaurer les aléas de l’époque. Sans être passéiste, cette golden Delorean souffle un ancien vent qu’il fait bien de ressasser. Le meilleur retour en arrière de 2015.


THE INTERNET – Ego Death

Le troisième LP du groupe issu du collectif rap Odd Future confirme le talent indéniable de ses membres, de la chanteuse androgyne aux multiples facettes Syd The Kyd à Matt Martians et ses basses futuristes, en passant par leurs excellents musiciens. Un disque planant au possible, assez sexuel, rempli de groove, mais qui reste difficilement définissable. Ne pas rentrer dans une case, c’est ce que les californiens essaient naturellement de faire, c’est encore une fois réussi. Brillant, spatial et chaud comme entrejambe, un album qui a tourné tout l’été.


THUNDERCAT – The Beyond / Where the Giants Roam

Deux ans après Apocalypse, qui adoubait le bassiste et acolyte de Flying Lotus comme véritable génie musical, le voici revenant avec ce mini-album au nom à rallonge, sorti sur le label Brainfeeder. A la direction artistique sur deux des disques de l’année (To Pimp a Butterfly de Kendrick Lamar, et The Epic de Kamasi Washington, dont nous reparlerons ci-dessous), Thundercat démontre encore une fois ses talents d’arrangeur, de producteur et de compositeur, en bref, de musicien. Petit chef d’oeuvre de moins de vingt minutes, à déguster sans ouvrir les yeux.


ERYKAH BADU – But You Can’t Use My Phone

Ceci est une mixtape, donc par définition une production assez modeste, mais la diva que l’on n’attendait plus vraiment a réellement bien fait le travail. Elle décline le thème téléphonique sur onze titres, s’essaie à des sonorités modernes, file clin d’œil sur clin d’œil (Prince, Usher ou Drake) et invite même Andre3000, son ancien amant, sur le dernier titre. Toujours aussi envoûtante, Badu n’a pas fini de nous faire planer…et nous sommes désormais en droit d’attendre son sixième album, le dernier datant tout de même de 2010.


IBEYI – Ibeyi

Cocorico, ou presque, puisque les sœurs Diaz, qui forment le duo Ibeyi, sont franco-cubaines. Elles chantent en anglais et en yoruba, n’ont pas encore vingt piges, et ont sorti leur premier effort en début d’année, produit par Richard Russel (Bobby Womack, Damon Albarn ou The White Stripes), une musique difficilement qualifiable entre Björk, Kate Bush et Buena Vista Social Club, et un talent visible au premier abord. Une world urbaine à mettre entre toutes les oreilles. Ah, et n’hésitez pas à aller les apercevoir en concert, vous ne serez déçus en aucun cas.


SiR – Seven Sundays

Après un premier projet solo passé assez inaperçu, le natif d’Inglewood nous pond un sans faute pour ce second album. Une voix douce et suave, des battements de Knxwledge, Chris Dave ou Oman Omari, ce Seven Sundays a été l’un des océans de fraîcheur de cette dernière saison estivale. L’une des découvertes de l’année avec ce bon Anderson .Paak, également présent sur le projet de SiR. Parfait pour chiller le dimanche matin avec sa douce, ou n’importe quelle nuit avec la drogue de son choix, planante si possible.


THE FOREIGN EXCHANGE – Tales From the Land of Milk & Honey

L’ex duo formé de Phonte et du producteur néerlandais Nicolay revient en force pour ce sixième disque, avec l’appui de renforts de poids : Carmen Rogers, Tamisha Waden et Zo!. Du low-tempo aux touches d’électro, un fourre-tout jazzy-funky ultra motivant et fournisseur officiel de pêche du lundi matin après les vacances qui en fait peut-être la meilleure sortie du groupe. Très actuel malgré des influences trentenaires, The Foreign Exchange ne déçoit toujours pas, et fait remuer comme jamais.


KAMASI WASHINGTON – The Epic

On triche un peu et on se dirige plutôt vers le jazz pour ce disque, mais il était indispensable qu’il apparaisse par ici. Un triple opus de 172 minutes, un orchestre de 32 musiciens, une vingtaine de personnes aux chœurs, et le saxophoniste californien pour orchestrer le tout. On ne démontre plus le talent de celui qui a travaillé avec Herbie Hancock, Snoop Dogg, George Duke, Robin Thicke, Flying Lotus ou Kendrick Lamar, il traverse ici les genres, de quoi remettre la musique jazz au goût du jour..


SPZRKT & SANGO – Hours Spent Loving You

Passée un peu inaperçue, la sortie de cet EP fait pourtant partie de ce qui a pu se faire de meilleur cette année. Sept titres sur les relations terrestres et célestes par le chanteur SPZRKT, accompagné par l’excellent beatmaker Sango. Une sortie Soulection, label qu’on ne présente plus, et balancé en téléchargement gratuit qui plus est. Vous n’avez donc plus aucune raison de ne pas choper cette petite merveille, à moins bien sûr que vous n’arriviez pas à prononcer le blaze du crooner, ce dont on ne vous tiendra pas rigueur.

Dix autres albums à écouter : Miguel – Wildheart, The Weeknd – Beauty Behind The Madness, Jazmine Sullivan – Reality Show, Bryson Tiller – TRAPSOUL, Kehlani – You Should Be Here, Hiatus Kaiyote – Choose Your Weapon, Jill Scott – Woman, FKA Twigs – M3LL155X, Bilal – In Another Life, Sly Johnson – The Mic Buddah LP

Share this Post

Julien LVRF

Julien LVRF

Co-Créateur, Co-Rédac Chef chez ReapHit
Rédacteur, CM, éditeur et pire encore
Julien LVRF