L’anti-tubomètre 2017 : 5 morceaux qui auraient dû être des tubes

In Dossiers by MaëlleLeave a Comment

14 décembre 2017 : Rohff, après une campagne de comm’ de toute une vie, prévoit la sortie de son single « Détrôné » le jour de la sortie de Trône. Bien que Booba ait fini par contrecarrer l’opération, rendant caduc tout effet d’annonce, le clip est visuellement solide, fait pour passer à la télé en boucle dans tous les kebabs de ta ville, et en plus le rappeur est accompagné d’une chanteuse aux belles formes et au regard mystérieux. On a là la recette d’un tube, à ceci près que le son est pourri, vraiment nul. Le rire, voire le moment de gêne passé, on s’interroge : qu’est ce qui fait d’un morceau, résultat d’heures de travail et d’années d’expérience (rappelons que les débuts de Rohff remontent au siècle dernier), d’un clip potentiellement tubesque, un fail pour la plupart du temps regrettable ? Voilà 5 morceaux qui auraient dû être des tubes, dont on aimerait voir doubler le score Youtube, et qui, pour une raison ou pour une autre, n’obtiennent pas le résultat escompté.

 MIGOS, NICKI MINAJ & CARDI B – MotorSport

Ok, ce morceau est DÉJÀ un tube. Mais au vu du casting, les Migos accompagnés de Nicki Minaj et du meilleur rappeur du moment, j’ai nommé Cardi B, on aurait pu s’attendre à un maxi-tube rivalisant avec les meilleurs moments de Taylor Swift ou de Mia Khalifa. Des fringues de karting fluo (Fox est une marque street-créditée aux Etats-Unis d’Amérique ndlr), un investissement maximal signifié par le 100% plaqué sur le front de Quavo, un maximum de placements de produit pour un clip pseudo-futuriste, et Cardi magnifique à en faire oublier son tatouage raté sur la cuisse droite. La recette d’un sans faute, donc. Mais voilà, quand on commence un couplet par « Ride the dick like a BMx/ No nigga wanna be my ex / I love when he go on tour / ‘Cause he cums more when I see him less / I get up set off / I turn Offset on / I told him the other day / Man, we should sell that porn »… Ben on attend le porn avec impatience et on l’imagine déjà en page d’accueil de nos plateformes érotiques préférées. Alors, pruderie exagérée ou cruelle volonté de laisser le monde entier sur sa faim ? Franchement, si on considère, en plus, le fait que Nicki se retrouve engoncée dans une capote renforcée géante, on aurait tendance à pencher pour la seconde hypothèse, couplée à une maladresse symptomatique de la déconnexion des plus grands d’entre-nous, de la plèbe youtubienne. En gros, un tube international au potentiel gâché par le manque d’innovation d’une bande de bras cassés. Dommage.

0 000 000
Vues

HAMZA – Vibes

Carré VIP, coktail de ‘mec-qui-peut-se-le-permettre’, zouk millimétré pour flow-de-radio (on dit pas fils-à-pute)… et une succession de plans très bien pensés où le belge exerce sa fonction de SauceGod Caliente Coach Personnel : abdos, fessiers, etc. Tout se passe magnifiquement bien, jusqu’à cet entrainement de boxe où il est manifeste que la jeune femme à ses cotés, est plus grande que lui. On l’a dit et répété, ce n’est pas la taille qui compte, et Hamza a beau être nain, il n’a absolument rien à voir avec l’émission qui a animé l’été de tes 11 ans. Et puis, la figure du rappeur grand et fort aux allures de super-héros, ça n’est plus à l’ordre du jour. La preuve, Nekfeu est le rappeur préféré de toutes les petites soeurs de ce pays. Mais parce qu’on est tous bien trop cons et que le temps qu’on capte tout ça, il était déjà trop tard, le clip accumule à peine 4 millions de vues sur Youtube à l’écriture de cet article. Alors oui, d’aucuns pourraient répondre à cela que pour un quasi-rappeur SoundCloud dont on soupçonne qu’il soit domicilié dans l’Atlanta des années 2020, c’est déjà pas mal. « Rien ne presse prend le time », qu’il disait l’autre. Sauf que Hamza est un génie et que 4 millions pour un génie ça reste tout de même très peu. Et puis, que quelqu’un m’explique comment Alonzo fait 70 millions de vues Youtube ? « Wesh, Papa, allô ? Tu réponds pas tu saoules, t’es où ? Allô ? J’ai besoin de sous, d’habits, allô ? »… On a là un déficit de justice évident.

0 000
Vues

ICHON, MYTH SYZER, BONNIE BANANE & MUDDY MONK – Le Code

Ichon, Myth Syzer, Bonnie Banane et Muddy Monk ont tout compris à la réalisation d’un tube interplanétaire. Avec « Le Code », morceau produit par l’un des meilleurs beatmakers de ce siècle (Myth Syzer), réunissant le #FDP le plus chaud de ce game (Ichon), la chanteuse préférée de tes influenceurs préférés, déesse descendue sur terre pour embellir le R’n’B du XXIème siècle (Bonnie Banane), et ce chanteur qui rime avec Douceur mais que personne ne connait (Muddy Monk), on a la dreamteam de ton été 2017. Sans oublier le chien le plus stylé de toute l’histoire des clips de rap (disons, Snoopy). « Allo mon amour, je suis dans votre cour / Donnez moi le code du bâtiment mon amour… », c’est quand même autre chose que « Papa allo ». « Mon Amour », expression au potentiel autrement significatif, voit son meilleur placement d’expression en chanson depuis Reda Taliani. « J’te ferai la cour », pour les plus jeunes, n’a évidemment rien à voir avec la maçonnerie. Il s’agit de dire d’adresser de belles paroles à la personne de son choix, afin de tisser des liens de toutes sortes avec elle et d’assouvir ses tendances amoureuses. « Je te fuis chaque nuit j’ai perdu l’ouïe… » ; Bonnie Banane évoque également le bien être qu’elle ressent en compagnie de ses amants. Bref, on a ici un morceau calibré pour être un tube, avec lyrics au sens fort, mélodie digne d’un chant de sirènes, et plein d’artistes tous plus talentueux les uns que les autres. Ce morceau est une métaphore de l’amour, évoquant la porte de nos cœurs, impossible d’accès sans le déchiffrage du Code de nos comportements amoureux… Dommage que les fans de rap ne soient qu’une bande d’insensibles.

0 000
Vues

ADRIANO BICO, SLIM C 667 & NORNACCE BERLUSCONI 667 – Nouvel Empire

Du sirop pour la toux, du poulet, de la lessive plein le zen (Slim C était enrhumé me dit-on dans l’oreillette), de la limonade, et les tattoos les plus latino du jeu rapistique (Brasil-feuille de chanvre-Vierge Marie) sur le dos du très sous-coté Adriano Bico ; c’est un clip solide que nous présentent ces foufous de la secte 667, accompagnés du brésilien. Et l’énumération continue : des muscles saillants, une bande de copains à l’air pas très arrangeant, voire des repris de justice recherchés par Interpol ; on se croirait presque dans un clip de Sofiane. On ne comprend donc pas bien pourquoi le compteur YouTube affiche à peine 60 000 vues, d’autant que le son, même sans clip, ne rigole que très peu, voire pas du tout (comprendre : le son est de qualité). Bien sûr, de nombreux facteurs l’expliquent : personne ne connait le 667 puisqu’ils se refusent à toute communication et que c’est, par définition, une formation n’ayant pas de velléités ressemblant de près ou de loin à celles de tout bon collectifs commençant dans le rap : du biff, des clips siliconés, beaucoup d’argent en liquide pour l’exposer partout sur son passage. Rien de tout ça. Arguons par ailleurs que l’usage explicite de substances illicites et récréatives peut en freiner plus d’un, genre « je cautionne pas cette musique de drogués »… Mais cet argument ne tiens pas du tout quand on se rappelle que Vald fait des millions (de vues) avec 5 clips faisant l’apologie de la consommation de LSD. En fait, l’explication est bien plus simple et tient en une phrase : c’est con que personne ne comprenne le portugais brésilien.

0 000
Vues

RETROX & THE LIZZIES – Le Soleil de Paris

(Avant-propos : Que les haters se calment tout de suite : cet article n’est pas le résultat des manigances d’un quelconque lobby pro-667, visant la surreprésentation de ses ressortissants dans ce Top 5. Il n’est pas question de pareilles allégations puisque Retro X ne fait pas partie de la Secte 667. Sache le.) Maintenant que c’est dit, terminons ce top par un morceau qui aurait du être un tube, non pas catégorisé dans les playlists « Tendance rap 2017 », « Les bons sons rap à ne pas louper » ou « Hip Hop : les hits 2018 » des plateformes de streaming hexagonales, mais bien un tube de chanson française, de ceux qui cartonnent dans le monde entier, de ceux qui en font perdre à Natasha St-Pier, Garou ou Celine Dion, leur voix et/ou leur latin. « J’suis un emo et j’suis sauvage le désarroi j’envisage » : le clip est assez indescriptible, sensuel et matinal. Une très belle femme y figure, nue la majorité du temps, aux cotés d’un jeune fuckboy nommé Retro X, délicieusement backé par de divines Lizzies ; jusque là on a les caractéristiques de la recette gagnante. De plus, dans le titre, le choix des mots est méticuleux, « Paris » et « Soleil » étant des termes facilement identifiables pour un public non-français, voire sacrément bankable. Et puis la prod est l’oeuvre de Nxxxxxs, dont on connait tout le talent, mais qui, surtout, a eu la bonne idée de multiplier les x de son prénom comme le Christ les petits pains au choc’, pour que les ignares le confondent avec Xxxtentacion. Tout se passait de la meilleure des façon jusqu’à ce moment à 2:38 où la charmante naïade qui lui fait du rentre-dedans depuis le début du clip, prend une initiative assez directe, et le poignarde… Voilà donc une occasion ratée de plus, et elles sont nombreuses depuis Djinn, de devenir la relève de la chanson française écoutable ; quelle idée de se teindre les cheveux en vert aussi, sérieux.

0 000
Vues

Share this Post

Maëlle

Maëlle

Rédactrice chez ReapHit
Racli et pas moins ratpi, ride l’internet en quête de sons sales ou jolis, puis gratte des bouts de prose un peu ébahis.
Maëlle