Evidence, Californie pluvieuse

In Chroniques by NadsatLeave a Comment

.

Date de sortie : 26 janvier 2018

Label : Rhymesayers Entertainment

Production : Evidence, Alchemist, Twiz the Beat Pro, Nottz, Babu, DJ Premier, Saw I Yam, Budgie.

Featurings : Slug, Catero, Defari, Krondon, Alchemist, Mach Hommy, Styles P, Rapsody, Khrysis, Jonwayne, Rakaa

Share this Post

Evidence n’est pas le premier rappeur qui vient à l’esprit lorsque l’on réfléchit aux piliers de cette musique. Mais il est de ce genre d’artistes que l’on aime à savoir toujours présent, dans l’ombre, bâtissant son œuvre pierre par pierre. Entamée en 2007 avec The Weatherman LP, la grande trilogie du californien s’était complétée du très bon Cats & Dogs en 2011, et vient donc se conclure avec ce Weather or Not, 11 ans plus tard.

On ne parle pas ici d’une suite d’albums bricolée, mais bien d’un projet charpenté où chaque album vient apporter une réponse au précédent, qu’elle soit musicale ou thématique. Ce souci de cohérence s’appuie sur de solides fondations. Déjà massivement présents à la production des deux premiers opus, Evidence et Alchemist mettent à nouveau les mains dans le cambouis ; bien assistés par ceux qui étaient déjà là sur les précédents opus : DJ Premier, DJ Babu, etc. Même chose du côté des invités, puisque l’on retrouve à nouveau les proches d’Evidence : Defari, Krondon, Rakaa, Jonwayne ou Slug, lui aussi signé chez Rhymesayers.

La production va chercher des agencements minimalistes, tout en traitant une grosse variété de samples, évitant ainsi le piège de la répétitivité. Evidence continue de développer son côté Mr. Slow Flow, et découpe les productions avec des patterns de rimes extrêmement bien cadencés. Il s’apparente ainsi plus que jamais à ce type de MC que l’on apprend à apprécier en prêtant une oreille précise à ses schémas et à ses jeux de sonorités.

Le personnage conserve toujours cette même nonchalance, cette même sincérité, mais vient l’agrémenter d’une sagesse supplémentaire. L’introspection se fait un peu plus présente, Evidence prend de l’âge, et pousse l’idée du temps comme métaphore de sa carrière jusqu’au bout. 11 ans c’est long, et son corpus s’est enrichi au gré des hasards de la vie. La base de cette fameuse trilogie était préalablement construite, mais ce qui allait peupler la maison ne pouvait être assujetti qu’à ce que le temps allait lui offrir. Un parti pris qui aura finalement touché à quelque chose d’assez similaire à ce qu’a construit Richard Linklater avec Boyhood, film pour lequel il a suivi ses acteurs pendant 12 ans, tournant un peu chaque année, et livrant ainsi une vraie œuvre sur le temps.

Ce Weather or Not a ses particularités, mais paraît difficile à détacher de ses deux prédécesseurs. L’ensemble apparaît, solide, homogène, complémentaire. Evidence est un rappeur à la formule rodée. Peut être même trop rodée pour certains. Mais cet état de fait crée quelque chose de relativement rare dans le rap contemporain : lorsque l’on lance un de ses nouveaux disques, on sait à quoi s’attendre, tout en espérant que les variations qu’il distillera apporteront un regard neuf sur son œuvre. Et ça fait du bien.

Share this Post

Nadsat

Nadsat

Rédacteur chez ReapHit
J'aime les commentaires indignés d'auditeurs de rap, et quand les filles mettent des petits cœurs sous mes articles. Et la musique aussi.
Nadsat