Darryl Zeuja se réveille de sa léthargie ‘Juste une fois’

In Vidéos by Antoine Comments

Après un an d’absence, le membre d’1995 s’offre un nouveau clip, et relance la machine à multi-syllabiques. « Juste une fois » est un flash back sur une époque qui a marqué beaucoup de fans de la (très) jeune génération, qui ont grandi en même temps qu’1995 se frayait un chemin vers le succès médiatique.

Les instrumentaux planants, Darryl connait bien. La marijuana aussi. Un alliage unique de hip-hop, de vintage, de rêve et de laisser aller constitue le flow de l’artiste, toujours plus lent et faussement négligé. L’élocution est encore plus détaillée et appliquée pour la version Zeuja alors qu’à l’origine le rappeur se faisait appeler Areno et pratiquait un rap plus groovy. Si l’art de mettre en valeur les syllabes avait un maitre ce serait Darryl, et « Juste une fois » vient doucement le rappeler. Mais parfois il est dur de ne pas céder à l’art pour l’art et de ne pas perdre de sens, de réalité dans ses paroles. Là est la force du morceau qui ne fait pas de concessions, et dans lequel on entend « ce que je rap est vrai » scandé avec conviction.

Il n’a fallu qu’une seule fois pour tomber amoureux du rap, de marie-jeanne, du hip-hop. Mais il a fallu du temps pour pouvoir en vivre, pour s’imposer et se libérer de ses racines. Darryl Zeuja se livre sur les années 1995 qui ont élaboré ce rap léthargique qui lui est propre, au travers de cette construction à la fois dans le moment, mais aussi dans la durée. Une somme d’instants qui ont forgé un instinct et une endurance chez le rappeur parisien qui a su se diversifier et résister à contre courant.

Share this Post