Bernie Sanders visite Atlanta avec Killer Mike

In En Bref by LiliaLeave a Comment

killer-mike-introduces-bernie-sanders-rally-video1

Bernie Sanders, candidat aux primaires démocrates en vue des présidentielles américaines, était hier en meeting à Atlanta. Une figure inattendue s’est alors exprimé à la tribune : Killer Mike, rappeur originaire de la plus grande ville de Géorgie, actif ces dernières années au sein du duo qu’il forme avec El-P, Run the Jewels

« Je viens d’Atlanta et c’est avec fierté que je le dis »: c’est ainsi que le rappeur a débuté son intervention, heureux de pouvoir se glisser dans l’ombre d’un autre natif de la ville, Martin Luther King. Si son engagement politique n’est pas nouveau, les petites minutes pendant lesquelles Killer Mike a pris la parole sont assez surprenantes de sincérité.

Sans titre6

Avant de prendre position comme rappeur, comme on le demande souvent bêtement aux artistes (notamment hip-hop), Michael Render a affirmé être aux côté de Sanders d’abord en tant qu’enfant d’Atlanta, ensuite comme noir américain, et enfin comme citoyen concerné par les questions politiques américaines. Une manière intelligente de prendre position, qui empêche une confusion des genres fréquente chez les personnalités publiques : prétendre, de manière fallacieuse, incarner une cause dont on ne connait (plus) rien.

sans-titre

Bernie Sanders, que l’Europe a parfois grossièrement qualifié de « gauchiste » (pour se rapprocher, probablement, de ce qu’entendent les Américains lorsqu’ils emploient le mot « socialiste »), est définitivement le candidat de la « working-class » : il promet, entre autres, l’accès au soins et l’éducation gratuite pour tous. Or, Killer Mike avait déjà fait usage l’an dernier d’un vocabulaire plus que clair alors que la colère grondait sévèrement à Ferguson et sur tout le territoire américain.

Run the Jewels 2 fut l’un des meilleurs disques de 2014 et Meow the Jewels la meilleure blague de 2015. Si Killer Mike file un peu de son mojo au candidat Sanders, peut-être sera-t-il, qui sait, la (bonne) surprise de 2016.

BernieKillerMike

Share this Post