End Of the Weak, L’empereur RES

In En Bref by Sam RickLeave a Comment

ReapHit RES

Quatre années sont passées depuis le tout premier chapitre des éditions End Of The Weak Montréal, et voilà que la métropole québécoise recevait le 6 septembre dernier, en grande première, les champions nationaux de chacun des huit pays représentés à cette fameuse compétition internationale d’improvisation, née quinze ans auparavant à New York. Ce concert de performance est également appelé l’anti-battle, alors que l’affrontement ne se fait pas entre les emcees, mais bien par le dépassement d’eux-même sur scène, aux travers de cinq épreuves bien distinctes, jugée devant jurys.

L’Afrique du Sud et Slege Lee, son champion mondial 2014 venu défendre son titre, la Belgique et Aeme, les États-Unis et Kay M, la France et Res Turner, la République Tchèque et Džonass, le Royaume-Uni et Mas Law, la Suisse et Mans1 et finalement le produit local québécois Clay, ont traversé les cinq épreuves sur la scène du bar Le Belmont, en compagnie des DJ’s locaux, Téhu (Dézuets d’Plingrés) et Skribe, devant une assistance record dans l’histoire des éditions End Of The Weak Montréal, évidemment. Bonne nouvelle pour un événement possédant un criant manque de visibilité, fait explicable par le faible relais de la part des médias généralistes, tant au plan national qu’international.

C’est après une édition des plus relevées dans une atmosphère dominée par le respect et la discipline, alimentée par la diversité technique de ses concurrents, que le podium a accueilli sur les trois glorieuses marches : en 3e place ; Clay (Québec), en 2e place ; Kay M (États-Unis) et le nouveau champion du monde, le français Res Turner, qui, non seulement est consacré champion du monde End Of The Weak pour une deuxième fois en deux ans, et du coup, rejoint le britannique Stig Of The Dump dans le club sélecte des participants les plus titrés de l’histoire des finales mondiales End Of The Weak.

Il s’agissait toutefois ici de sa dernière participation à une édition End Of The Weak, tel qu’annoncé avec émotion sur sa page artiste Facebook : « Double champion du monde EOW : Objectif atteint, c’était sûrement mon dernier tour de piste en compétition, comme je le disais dans la mixtape EOW « j’suis pas fait pour rester assis, j’vous laisse le trône « . Le EOW m’a fait vivre des moments tellement fous, m’a fait rencontrer des personnes extraordinaires, artistiquement et humainement.. Ce qui est sûr c’est que j’ai beau (très sûrement ) stopper les compètes je serai EOW à vie. Merci et longue vie au END OF THE WEAK ! ».

 La nouvelle émission québécoise Hip-Hop Café Radio sur les ondes montréalaises de CISM 89,3FM, co-animé par notre rédacteur chez ReapHit Sam Rick, t’offre un récapitulatif commenté de cette récente finale mondiale, alors que son co-animateur Olivier Brault était l’un des cinq juges à déterminer le classement des cinq performances de nos champions nationaux. En écoute à partir de 13min42 sur le podcast ci-dessous :

Après sa victoire, le champion 2015 fût accueilli en entrevue dans les studios de cette même radio pour donner ses impressions suite à son couronnement, ainsi que pour discuter de sa carrière solo, cette fois-ci à la barre de l’émission Ghetto Érudit, le show le plus « MONG » en ville, animé, entres autres, par Benoit Beaudry, l’un des organisateurs de l’entité End Of The Weak Montréal.

L’émission du 12 septembre est en écoute intégrale et téléchargement libre ici.

Pour revivre cette chaude finale mondiale 2015 des End Of The Weak Montréal dans sa version intégrale, voici les 2h50 minutes de compétition, gracieuseté Kush Tard :

Share this Post

Sam Rick
Les derniers articles par Sam Rick (tout voir)