‘I Told You’, retour sur le premier album de Tory Lanez

In Shop by Florian ReapHit Comments

Date de sortie : 19 août 2016

Interscope Records

Productions : Benny Blanco, Cashmere Cat, Two Inch Punch, Noah Breakfast, Frank, DJ Dahi

Télécharger « I Told You »

Il lui aura fallu 23 ans et une dizaine de mixtapes pour qu’enfin Tory Lanez s’offre un premier album rien qu’à lui. Après six ans à rouler sa bosse dans l’underground de Toronto, à chercher sa place au sein de l’incroyable laboratoire de talents et la scène émergente qu’est la ville canadienne, I Told You sonne comme un cri de revanche. Quatorze titres durant lesquels Daystar Peterson tente désespérément de nous prouver toute l’étendue de son talent.

Et sur cet album, ce talent est versatile et protéiforme. La discrétion du ghostwriter des débuts s’est mue à grands renforts d’anonymat forcé, en une folle envie de s’imposer. Présenté au grand public via les singles « Say It » et « Luv », aux sonorités très pop, « I Told You » témoigne de façon presque trop évidente d’une folle envie de croquer. Pour enfin briller au milieu de Drake ou The Weeknd, les superstars locales. Repoussant sans cesse les limites d’un R&B classique en rajoutant cette pointe d’électro atmosphérique, de pop et de rap, toujours très rafraîchissante, le canadien s’offre sur l’album quelques moments de grâce  comme sur « I Told You/Another One » , « Flex » ou « To D.R.E.A.M. ». La production y est toujours impeccable et sublime à merveille les divagations du chanteur-rappeur.

Pourtant, bien plus cohérent sur format court, Tory Lanez se perd ici entre projet trop ambitieux et tentative d’ouverture pas toujours justifiée. Doublant chaque track d’interludes cinématographiques, principalement extraites du film Menace II Society, le canadien semble avoir voulu créer une véritable narration secondaire à l’ensemble de son projet. Si bien que l’album se retrouve dans sa globalité assez éloigné de ses EP les plus marquants, et l’on peine parfois à retrouver l’esthétique imparable des cinq titres de Cruel Intentions.

L’ombre de Drake, et la pression d’un succès depuis bien trop longtemps attendu, plane sur Tory Lanez bien malgré lui. Qu’il soit moteur d’une détermination sans faille ou vu comme une malédiction médiatique, son rival de Toronto semble constamment présent, comme sur le très inspiré « Loners Blvd » ou « Friends With Benefits » et « 4am Flex ». Parfois plus proche d’une mixtape que de l’album concept, I Told You se veut la carte de visite d’un jeune Lanez en quête d’un nouveau public, d’un nouveau palier. La palette de talents dont dispose Tory est certes suffisamment importante pour lui permettre de s’aventurer sur quatorze titres dans des contrées musicales relativement variées, mais une fois les interludes supprimées, l’ensemble manque cruellement d’homogénéité et de cohérence, et l’album s’enferme vite dans un faux rythme. Malgré ces quelques imperfections et aveux de faiblesse, I Told You permet tout de même à Tory Lanez de passer l’étape du premier album de façon plus qu’honorable. Reste à espérer un parti pris et un univers musical plus assumé pour le prochain projet.

Share this Post

Florian ReapHit

Florian ReapHit

Co-Créateur, Co-Rédac Chef chez ReapHit
Tente d'animer tout ça depuis maintenant quatre ans. Master exploitation de rédacteurs. Spécialiste en rhum vieux, vinyles et mauvaise foi.
Florian ReapHit