BLF, Takos baise les fafs Après Minuit

In Vidéos by Théo Comments

Le mouvement social contre la loi « Travail ! »‘, certes avorté, a accouché d’une nouvelle génération au sein du rap militant. Un coup de neuf sur les planches bancales dune scène squattée depuis des années par les mêmes militants à la rhétorique un peu mytho, mais à l’activisme certain. Ce kitsch folklorique s’est vu dépassé lorsque qu’à l’aube du dit mouvement, un manifeste à la couleur rap certaine a vu le jour et a donne le ton a une jeunesse réclamant ni plus ni moins que « Le Monde Ou Rien ». Cette nouvelle génération, qui en s’équipant en manif ôte ses écouteurs et répond d’un sourire à Ademo que oui, lorsque « le rap s’arrête {il y a} toujours la cagoule ». Une génération QLF qui reprend les codes de ce qui sort des baffles, une génération BLF qui Apres Minuit Baise Les Fafs.

Takos BLF est le porte étendard de ces rappeurs qui se sont fait un nom dans les open mic, les soirées en squat, les after manifs et autres moments festifs qui vont de pair avec une telle effervescence politique.

Signant son entrée dans le game de trois lettres qui lui seront bien vite retirées, il a fait crier 1.3.1.2 a ceux qui ont des potes au shtar. Du rap politique certes, qui voit « le respect se perdre et les fachos gouverner », mais avant tout du rap de passionné alors « ils ont beau supprimer mes clips mais j’sortirais des sons a vie ». Loin des codes vieillots de ses aînés, il conte la réalité de cette nouvelle génération militante libérée de certains codes désuets, mais toujours accrochée à ses valeurs. Ça parle de meuf en baisant les keufs, ça entube les schlags en évitant la gav, ça baise les fafs avant de tirer une énième taffe. Takos BLF chante la bande son de ces journées aux relents de lacrymo et de bédo, émeute réussie l’après midi, tous khabat après minuit.

Share this Post

Théo

Théo

Juré, le jour où il y aura un partiel de Hip Hop à Sciences Po j’serai major de promo en attendant j’pointe aux RAPtrapages option francophonie punchlinée.
Théo