Avec la secte, Norsacce Berlusconi rappe comme si c’était légal

In Shop by Maëlle Comments

Date de sortie : 20 avril 2017

No label

Featurings : Slim C, Doc OVG, Osirus Jack, Jorrdee, Roze, Jelpi Krueger

Télécharger « Neonegro« 

Pas une semaine ne passe sans que l’Ekip 667 ne fasse des siennes, et cette semaine c’est avec Norsacce Berlusconi. Présent sur les mixtapes et freestyles de la secte, et récemment sur le Nouvel Empire de Adriano Bico et Slim C, il débarque avec Neonegro. Et, pour fidéliser, balance un clip le même jour ; c’est cadeau.

Triangle et sprite, dédain et entre-soi productif, encore un peu de Patience et la secte ne s’arrêtera plus jamais. Le clip suit la recette 667 ; appart aux allures de bando et lean, clique et gros plans enfumés, toujours efficace, jamais dépassé. « 667 bitch, bientot illégal ».

Neonegro, c’est l’audio dope sur les instrus caractéristiques de l’Ekip, une belle Propaganda, de celles qui forcent le replay. Les feats sont efficaces, Doc OVG apporte son flow allègrement craché, Slim C sa précision, Norsacce ride avec eux aussi bien que seul et Prend le temps. « Profond ça l’a peiné s/o gorge » : le jeu de mot est aiguisé et Norsacce, infatiguable.

Habilement, l’album est revendicatif, depuis le titre jusqu’au chuchotement de Césaire derrière chaque s/o à ses « nègres libres ». Une « surprise comme au poker » offerte par Norsacce, désormais Django du game, tellement au-dessus qu’il les élève. Ils auront beau Prier, la 667 est diabolique, et fournit #ProduitsChimiques dans le clan de Satan.

« Tu sais pas qui j’suis, tu sauras cette année », il ne fait plus aucun doute que 2017 rime avec secte et 667. Norsacce confirme à son tour que la secte a ce quelque chose qui fait notre addiction et fidélise à chaque son un peu plus. Un lexique propre, des mentors, une doctrine séduisante ; une secte, donc, la vibe en plus. Vivement le prochain rituel.

Share this Post

Maëlle

Maëlle

Rédactrice chez ReapHit
Racli et pas moins ratpi, ride l’internet en quête de sons sales ou jolis, puis gratte des bouts de prose un peu ébahis.
Maëlle